Ontariens, Québécois : tous gourmands!

Microbrasseries, fromages, sucreries... Bienvenue en Ontario!

Bière et fromage... Par ici!

Pour les amateurs de bonne chère du Québec et de l'Ontario!



Comparer les mœurs gourmandes du Québec et de l’Ontario, est-ce possible? Il est facile de verser dans la caricature en évoquant la tradition british du thé d’une part, et celle de la poutine de l’autre. Bières houblonnées, fromages, fruits frais, bonnes tables… On a pourtant plusieurs points en commun!

1. On aime le fromage

La Route des fromages du Québec regroupe plus de 100 fromageries. On ne compte plus ses cheddars du jour, des fromages non affinés vendus sous forme de grains ou de brique. Les régions se livrent une guerre du meilleur fromage qui «skouique». En Ontario, on en produit aussi : à Thornloe, à Kapuskasing (des fromages fins artisanaux  remarqués et franchement remarquables), à St-Albert…

Mais la province est surtout reconnue pour ses cheddars vieillis. Au tournant du 20e siècle, il y avait 1242 producteurs de cheddar en Ontario. Il y en a moins aujourd’hui, mais le savoir-faire s’est transmis de génération en génération. Du nombre des producteurs bien en vue : Black River et Maple Dale, dans la baie de Quinte.

Le comté d’Oxford, à quelque 140 km à l’ouest de Toronto, s’est proclamé capitale laitière du Canada et compte plusieurs laiteries novatrices, qui se sont rassemblées autour d’une route des fromages régionale, le Cheese Trail. À l’extrémité du fleuve Saint-Laurent, soit dans la baie de Quinte, mariez deux plaisirs : la bière et le cheddar! Le Cheddar & Ale Trail a réuni à une même table les producteurs de cheddar – parmi les premiers au pays –, de mozzarella au lait de bufflonne et, bien entendu, de fromage en grains… et les microbrasseries et cidreries locales qui mettent ces fromages en valeur.

2. On a le bec sucré

Il y a, à l’est, les tartes au sucre et les pets de sœur, une pâte à tarte garnie de beurre et de cassonade, puis roulée et découpée en rondelles. À l’ouest, ce sont les tartelettes au beurre, les buttertarts, qui s’illustrent. On dit que ces tartelettes trouvent leur origine sur les rives de la baie Georgienne, mais elles sont devenues la pâtisserie traditionnelle de l’Ontario. Les disparités régionales sont toutefois à la source d’un débat de fond sur la composition de cette alléchante gourmandise. La préférez-vous avec des noix? Des raisins? La garniture doit-elle être ferme? Coulante? La pâte doit-elle être feuilletée? Friable? Il faudra en goûter au moins six pour trancher…

Buttertarts Peterborough

Buttertarts! Photo : OCTA

3. On aime l’hiver… dans un verre

Le Québec a son cidre de glace, l’Ontario, son vin de glace, produit à partir de raisin qui a gelé sur la vigne. Environ 75 % des vins de glace canadiens viennent de l’Ontario, notamment du vignoble Inniskillin. Il y en a du rouge, du blanc, même du mousseux! Et que dire de la bière? En 2018, l’Ontario comptait près de 270 microbrasseries, le Québec, plus de 210 (en 2016 - ça a dû changer!). Essayez la Mad Tom de la Muskoka Brewing Company, la Smash Bomb de la Flying Monkeys Brewery. Vous pouvez aussi vous procurer un carton-découverte des microbrasseurs ontariens à la régie des alcools, la LCBO ou faire le parcours Sinners and Saints, dans le sud de la baie Georgienne.

4. Les feux de camp, on s’y connaît!

Une tradition se fait de plus en plus connaître dans l’espace francophone : le s’more (some more, j’en veux plus), un incontournable des feux de camp ontariens. Pour réussir le s’more classique, on rôtit d’abord une grosse guimauve au-dessus d’un feu de camp. On place un carré de chocolat au lait sur un biscuit Graham près du feu, jusqu’à ce que le chocolat ramollisse. Lorsque la guimauve est toute dorée, on la dépose sur le chocolat fondu et on écrase le tout avec un deuxième biscuit Graham. Pour vivre l’expérience complète, il faut se lécher les doigts. Mais on peut opter pour un s’more fusion : on remplace les biscuits Graham par des biscuits frais, des tranches de gâteau. Apportez-en une bonne quantité : on ne résiste pas à la tentation de s’en faire un deuxième, un troisième…

Feu Manitoulin SPOMT 2010

Photo : Île Manitoulin. SPOMT 2010

Article écrit en collaboration avec Agatha Podgorski de l'OCTA et tiré de la brochure Les coups de coeur gourmands de l'Ontario, produite conjointement par Direction Ontario et l'Ontario Culinary Tourism Association

Autres lectures suggérées