Saint Firmin Monestime : un Haïtien à Mattawa

Saint Firmin Monestime est devenu l'un des personnages de la série Rebelles de l'Ontario français de l'illustrateur Marc Keelan-Bishop.

Le premier maire noir élu au Canada était aussi francophone et nord-ontarien.

Le destin mènera Saint Firmin Monestime de Cap-Haïtien, en Haïti, à Mattawa, dans le nord de l’Ontario, dans les années 1950. Il deviendra le tout premier maire noir élu au Canada.



This article is also available in English

Août 1951. Deux médecins, Gaston Lamontagne et Saint Firmin Monestime, sont en route vers Timmins où ils ont trouvé du travail. Après quelques heures de route, ils quittent la longue route 17 pour suivre la rue principale, à Mattawa. Devant le tout nouveau cinéma Champlain, le casse-croûte Chez François les attend.

À peine ont-ils franchi le pas de la porte, le gérant du restaurant dévisage le médecin originaire d’Haïti. Va-t-il se faire mettre à la porte? Le malaise est de courte durée : Armand Tremblay l’a reconnu. Devant lui se tient le chirurgien qui l’a opéré quelques mois plus tôt, à Ottawa!

Le lendemain matin, Firmin Monestime se réveille après une journée de réjouissances. En quelques heures, les gens de Mattawa le convainquent de rester, au moins un peu, pour remplacer l’un des médecins de la communauté récemment décédé. Dr Monestime accepte de dépanner, le temps que Mattawa se trouve un médecin permanent.

La couverture de la biographie de Saint Firmin Monestime, Where Rivers Meet (Past Forward, 2008).

C’est par cette anecdote que Doug Mackey entame la biographie de Monestime dans Where Rivers Meet (Past Forward, 2008). Le récit représente bien celui qui deviendra le premier maire noir élu au Canada.

Son rire caractéristique et contagieux, sa joie de vivre, sa confiance, son talent de conteur, son grand sens de la justice et son apparence toujours soignée ont laissé une empreinte indélébile sur la communauté au confluent des rivières Mattawa et des Outaouais.

Mattawa, en 1821. 130 ans plus tard, quand Firmin Monestime arrive à Mattawa, un train assure la liaison Mattawa-North Bay. Le Transcontinental passe quatre fois par jour. Mattawa compte 3097 résidants, les deux tiers étant canadiens-français. Photo : Bibliothèque publique de Toronto, baie de la rivière des Outaouais, près de l’embranchement de la petite rivière Mattawa, par John Elliot Woolford, 1821.

D’Haïti au Canada

Saint Firmin Monestime naît en décembre 1909 au Cap-Haïtien, la deuxième ville d’Haïti, à 200 km au nord de Port-au-Prince, sur la côte atlantique.

Intelligent, travaillant, ambitieux, il aura le privilège d’étudier à l’École de Médecine de l’Université d’État d’Haïti (aux côtés de François Duvalier), puis deviendra médecin d’État, œuvrant partout sur l’île d’Hispaniola, c’est-à-dire en Haïti et en République dominicaine. 

En octobre 1937, il est le témoin impuissant du massacre du Persil qui fait plus de 20 000 victimes chez les Haïtiens (les nombres changent selon la source) qui travaillent dans les plantations de la République dominicaine. Seul médecin sur place, il doit accomplir un travail colossal pour sauver ses compatriotes survivants. 

Après ce chapitre lugubre, le Dr Monestime s’installe à Port-au-Prince où il est directeur au ministère de la Médecine rurale. Dans des conférences qui donneront quatre livres, il décrie les conditions déplorables dans lesquelles vivent les Haïtiens en zone rurale. Il finit par fuir le pays (et le régime) en direction du Canada.

Avant son départ pour le Canada, Saint Firmin Monestime a écrit quatre livres sur la santé rurale. Image fournie par la famille Monestime.

En 1945, il arrive au Québec avec un petit groupe de professionnels haïtiens (c’est avant la grande vague de migration de milliers d’Haïtiens vers le Québec). Mais pour pratiquer la médecine au Canada, Saint Firmin Monestime doit retourner sur les bancs d’école. Il refuse de rentrer à Haïti (où il a deux enfants, Daniel, aujourd’hui au Canada, et Marie-Eddie, aux États-Unis); il devient plutôt l’un des premiers médecins haïtiens actifs au Canada.

Mattawa : «C’est le vent qui m’a mené ici.» 

Lorsqu’il prend la route vers le Nord, le bon vivant vient tout juste de rencontrer une jeune réfugiée d’origine russe, Zinaida Petschersky, arrivée en 1949 au Canada avec sa mère Valentina. En préférant Mattawa à Timmins, il serait beaucoup plus près de l’élue de son cœur, établie à Ottawa. 

Le médecin trouve ses aises à Mattawa, un beau village de 3000 habitants. «Regardez le paysage, c’est comme être toujours en vacances», dira-t-il. Il finit par ouvrir un bureau et pratiquer à l’hôpital.

Firmin et Zina se marient et s’établissent dans le village sur les rives de la rivière des Outaouais. La famille s’agrandit dès 1953 avec la naissance de Valentina (Vala). Suivent Feodor, Yura et Sasha. Les enfants parlent le russe à la maison et fréquentent l’école française. 

La famille Monestime, lorsque Saint Firmin est élu maire pour la 2e fois. De la gauche : Saint Firmin, Vala et Sasha, Zina, Feodor et Yura. Image du North Bay Nugget fournie par la famille Monestime.

Le premier maire noir élu

Saint Firmin Monestime devient citoyen canadien en 1957 à North Bay. Pendant la cérémonie, il dit au juge qu’il ne veut pas être considéré comme un citoyen de seconde classe. C’est sur cette trame, et en marge de l’adoption de la Déclaration canadienne des droits de John Diefenbaker, que le médecin se lance dans une carrière concomitante : la politique.

Soucieux de défendre les droits des plus vulnérables et de faire briller sa ville adoptive, il se présente au conseil municipal en 1962. En novembre 1963, il devient le premier maire noir élu au Canada, possiblement en Amérique du Nord. (Selon Wikipédia, quelques Noirs ont été élus maires aux États-Unis avant 1890 avant l’élection d’un nouveau maire noir élu en 1964, George Carroll, à Richmond en Californie.)

Saint Firmin Monestime fait campagne dans les deux langues. Image tirée du livre Where Rivers Meet.

Parmi ses intentions et ses réalisations, relevons l’ouverture d’une bibliothèque-musée (qui ne verra pas le jour), la réfection des routes et la création de logements sociaux. Son projet le plus cher est la mise sur pied d’un centre de soins de longue durée.

Saint Firmin Monestime a été élu en novembre 1963. Le North Bay Nugget en témoigne! Image : avec la courtoisie de Vala Monestime.

Firmin Monestime est réélu d’année en année. Un cancer de la prostate forcera une pause en 1966-1967, à l’issue de laquelle il considèrera se présenter comme député fédéral sous la bannière conservatrice. Il préfèrera retourner à la politique locale. Il reprendra un poste de conseiller en 1968-1969, puis de maire de 1970 à 1977.

Le racisme dans les années 1960

Le Dr Monestime a-t-il souffert de racisme? À Mattawa, quelques personnes auraient refusé de se faire traiter par lui à cause de la couleur de sa peau. «Pas les plus intelligentes», avait-il commenté. Puis, dans un article publié par le North Bay Nugget en 1964-1965, Monestime précise que les pourvoiries ne sont pas enclines à accueillir les Noirs par souci de plaire à une abondante clientèle américaine. 

Les élections de 1969 seront particulièrement intenses. Pendant la campagne, un groupe a écrit partout où il le pouvait : «Do not vote Black.» Il n'avait jamais vécu quoi que ce soit de la sorte à Mattawa. Les tensions entourant les droits civiques sont alors (et encore) vives. Martin Luther King, et son célèbre discours «I Have a Dream», avait été assasiné l'année précédente. En 1955, Rosa Parks avait été arrêtée parce qu’elle avait refusé de céder son siège d’autobus à un Blanc, en Alabama, aux États-Unis. La décennie précédente, en Nouvelle-Écosse, Viola Desmond avait été aussi arrêtée dans une salle de cinéma après s’être assise dans la section réservée aux Blancs.

C’était un bon vivant, un amateur de jeu (il a déjà perdu sa Cadillac dans une partie de cartes), tout un conteur (sauf pour les blagues, selon sa fille Vala). Photo : Fluvian Studio, date inconnue, avec l’autorisation de la Bibliothèque publique de Nipissing Ouest

The Monestime Way

Un cancer du pancréas emporte Saint Firmin Monestime, le 27 octobre 1977 à l’hôpital de Mattawa, où il avait travaillé pendant 25 ans. Le jeudi des funérailles, tous les commerces et les écoles de Mattawa ferment leurs portes en mémoire du maire.

De son vivant, on lui avait déjà rendu hommage. En 1974, le gouvernement provincial donne son nom à un canton du Nord. C’est ainsi que naît le Monestime Township, à la limite est du district d’Algoma, au nord de Massey et de l’île Manitoulin. Dans «son» canton, il y a le Russian Lake et «lac aux Sables» — en français! —, qui se jette dans la rivière aux Sables, la rivière Spanish et le lac Huron. 

Le canton Monestime, au nord de Massey. Image : Google Maps

Aujourd’hui, la rue principale de Mattawa porte le nom informel de «Monestime Way». L’Université d’Ottawa a créé la bourse Firmin-Monestime en 2015.

Mais surtout, la maison de soins de longue durée Algonquin, ouverte en octobre 1976 grâce au travail acharné du Dr Monestime, tient encore fièrement. Dès 1964, il a œuvré d’arrache-pied pour que les ainés de sa communauté puissent recevoir des soins dans leur village. Le projet d’un million de dollars est devenu réalité quelques mois avant le décès du maire-médecin. Aujourd’hui, le foyer Algonquin se trouve à côté de l’hôpital, reconstruit en 2019. La famille Monestime a donné une partie du terrain où se situait la première Maison des ainés Algonquin pour qu’on y construise 12 logements sociaux. 

Vala Monestime a dirigé la Maison pour ainés Algonquin jusqu’en 2013. Elle veille toujours à la mémoire de son père et gère la page Facebook Dr. Saint Firmin Monestime.

Un nouvel arrivant francophone qui s’installe en Ontario? Voici comment s’est inscrit Saint Firmin Monestime dans la superbe série d’affiches «Rebelles de l’Ontario» de l’illustrateur Marc Keelan-Bishop. «C’est le vent qui m’a mené ici», disait Saint Firmin Monestime. Reproduction avec la permission de l’illustrateur.

Pour en savoir plus sur Saint Firmin Monestime

Au Musée de Mattawa, une partie de l’exposition permanente porte sur Firmin Monestime. On y trouve des photos, des coupures de journaux, des objets qui lui ont appartenu.

En février 2019 et 2020, TFO et Radio-Canada ont produit des reportages sur le personnage pour le mois de l’histoire des Noirs. Le premier permet de rencontrer le maire via des images d’archives et sa fille Vala, qui habite toujours à Mattawa.

En 2008, l’auteur Doug Mackeya consacré un livre à Saint Firmin Monestime, Where Rivers Meet aux éditions Past Forward. Il est disponible au Musée de Mattawa.

Soulignons aussi la mémoire de T. K. Jewell, élu conseiller municipal à Kapuskasing en 1976, et maire de 1981 à 1991.

Autres lectures suggérées