Découvrir le Groupe des Sept : Muskoka et le parc Algonquin

Le musée extérieur de Huntsville



Nous vous présentons le 3e article de notre série sur le Groupe des Sept, dont on peut découvrir l’œuvre dans les musées et les parcs provinciaux de l’Ontario.

Partout en Ontario, de nombreux sites profitent de la notoriété de ces peintres — et sûrement de l’imminence du centenaire de leur premier voyage (2018) et de leur première exposition (en 2020) — pour faciliter les visites sur leurs traces.

À l’instar des artistes, nous devons sortir des enceintes des capitales et prendre la route du Nord pour découvrir l'œuvre du Groupe des Sept. Après tout, n’est-ce pas ainsi que sont nées ces célèbres toiles? 

À Huntsville

La région fortement touristique de Muskoka installe, depuis 2007, d’immenses reproductions des non moins grandes œuvres du Groupe des Sept. Après tout, les peintres n’ont-ils pas été particulièrement actifs dans le parc Algonquin voisin, et qui constitue le prochain arrêt dans notre itinéraire ? Ce véritable musée en plein air — le Group of Seven Outdoor Gallery — est à la fois unique et impressionnant. Dans 9 sites, on trouve 90 murales préparées par des muralistes (Gerry Lantaigne et Tim Webb, pour en nommer deux) ou créées par le public, grâce au concept de la peinture par numéros !

Huntsville, le cœur touristique de la région (à 340 km à louest d'Ottawa et à 220 km au nord de Toronto), concentre en son charmant centre-ville une quarantaine de ces murales. Elles enjolivent les murs des commerces et les chercher, sans la carte glissée dans les nombreux présentoirs au pied des murales, constitue une agréable chasse au trésor. Surtout qu’il y a de bons cafés et comptoirs à crème glacée autour…

Près du centre municipal, une sculpture représente Thomson, tuque au bout de la tête et pipe au bec (l’image classique du guide-peintre), assis sur une souche avec sa boîte chevalet, à mettre la touche finale à The Jack Pine. A-t-on élu le précurseur pour éviter de faire un choix déchirant parmi les sept peintres du Groupe ? Pour souligner son attachement à la région, ou sa fin tragique dans le parc, à 88 kilomètres de là ?

Tom Thomson est omniprésent, à Hunstville et dans le parc Algonquin. Photo : Andréanne Joly

Au parc Algonquin

La grande galerie extérieure de Hunstville s’étire jusqu’aux luxueux centres de villégiature du secteur ainsi que dans le parc Algonquin, site de prédilection pour l’artiste et canoteur Thomson.

D’ailleurs, une de ses toiles les plus célèbres partage son nom avec un des sentiers de randonnée du parc, celui même qu’on voit sur la sculpture de Huntsville : The Jack Pine, propriété du Musée des Beaux-Arts du Canada depuis 1918. On emprunte facilement le sentier à partir du camping Achray (dans le secteur est du parc) : en 1,6 km, on retrouve l’arbre devenu immortel. Ensuite, on peut aussi parcourir le sentier High Falls, comme l’a souvent fait Thomson.

Le parc Algonquin est reconnu comme destination plein air de par le monde. Photo : SPOMT 2011

Au lac Canoe, où l’artiste a disparu alors qu’il avait à peine 40 ans, un cairn a été érigé. Il faut un canot pour atteindre la pointe Hayhurst, ce qui devient une excellente raison de partir à l’aventure. Il est plus facile de se tourner vers la boutique du Portage Store, qui met de l’avant les travaux du Groupe.

Outre cette boutique, l'immense parc Algonquin a la particularité d’héberger de nombreuses installations. Le centre des visiteurs consacre un espace à Thomson. Le Centre culturel, au kilomètre 20 de la route 60, les murales du lac Oxtongue, tout près de l’entrée ouest du parc, soulignent aussi l'attachement des peintres au premier parc provincial de l'Ontario.

Autres lectures suggérées