Incursion dans l’histoire et la culture des Premières Nations

L'île Manitoulin. Au coeur du tourisme autochtone de l'Ontario. Photo : SPOMT

Découvrez l’univers ancestral des premiers résidents des terres ontariennes du Nord



Outaouais, Ojibwés, Cris, Nipissing, Algonquins, Hurons… Le nord de l’Ontario est peuplé de nombreuses nations autochtones. Résidents des lieux depuis des millénaires, beaucoup vivent aujourd’hui sur les côtes de la baie James, difficilement accessible, ou dans l’île Manitoulin.

Il existe plusieurs façons de découvrir les cultures originelles des Premières Nations. En fait, le Nord de l’Ontario livre de multiples traces de leur présence ancestrale : grandes rivières aux postes de traite septentrionaux, sites d’art rupestre, centres d’interprétation, artisanat local, pow-wow, cuisine locale… Passionnés de culture amérindienne, préparez-vous à vivre une expérience époustouflante !

Partir à l’aventure

Le nord de l’Ontario répertorie de nombreux sites autochtones remarquables.

Île Manitoulin

L’île Manitoulin est étonnante. Ce bout de terre est d’ailleurs la plus grande île en eau douce au monde. Son nom algonquin signifie « Grand esprit », et pour cause : l’île renferme la sagesse de toute une civilisation millénaire. On y trouve de nombreuses Premières Nations, des restaurants, et l’expérience plein air est inégalable. Y poussent les bois durs des Grands Lacs et du Saint-Laurent, en plus des essences boréales comme le pin blanc et les épinettes.

Le sentier de Bridal Veil s’ouvre sur des chutes de 12 mètres, délicates et peu profondes, photogéniques et rafraîchissantes… Et les randonneurs sont grisés par les circuits du Cup and Saucer, qui grimpent sur une falaise de calcaire de 361 mètres vieille de 450 millions d’années ! Du haut des promontoires, on a une vue splendide sur l’île et la baie West du chenal Nord.

Délicates chutes de Bridal Weil - Photo : SPOMT/Meleg 2012

FORÊTS AUTOUR DE TEMAGAMI

De Temagami à Nipigon, en passant par les côtes de la baie James, vous trouverez plein d’occasions de vous rapprocher des cultures anishinabe, cri et ojibwé.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait le Britannique Archibald Belaney, il y a un siècle. Rêvant de la vie en pleine nature, il s’installa à Temagami où il vécut 20 ans sous l’identité de Grey Owl. Il devint un pionnier du mouvement de conservation. L’univers de Grey Owl revit sur les sentiers Nastawgan de Temagami. À travers les pins, un réseau de portages vieux de 3000 ans invite à explorer et, surtout, à s’imprégner de cette grande et belle nature que les Amérindiens respectent tant… Les portages sont nombreux, et des sites sacrés incarnent l’héritage anishinabe.

Exercice de portage! Photo : SPOMT 2011

La baie James, Moosonee et Moose Factory

Il faut en convenir : une incursion dans l’histoire amérindienne n’a pas la même saveur sans les côtes de la baie James. Dans une expédition de 298 km en train à partir de Cochrane, vous observerez la transformation de l’environnement et le scintillement des eaux pures de la rivière Moose, prête à s’ouvrir sur la baie. Le voyage vous conduira à Moosonee, un poste de la Compagnie de la Baie d’Hudson aménagé en 1673, et toujours sans accès routier. Ce site était régulièrement visité par les Cris de la baie James avant même l’occupation européenne.

Le centre d’interprétation cri jette un nouvel éclairage sur le mode de vie des Amérindiens. Dans l’île voisine de Moose Factory, atteignable en bateau l’été, en hélicoptère l’automne et via une route de glace en hiver, l’auberge écotouristique Cree Village sert des aurores boréales à ses hôtes, subjugués face au spectacle des lumières célestes dansantes. Le lieu est intemporel, mais les services offerts nous proposent le confort d’aujourd’hui.

Il est possible de retenir les services d’un pourvoyeur pour se rendre jusqu’à l’embouchure de la baie James, à quelques kilomètres de là. C’est pour le moins dépaysant ! On y perd la notion du temps…

Centre historique Kay-Nah-Chi-Wah-Nung

Ceux qui traversent la province peuvent profiter de leur passage dans le Nord-Ouest pour se familiariser avec l’histoire amérindienne. À 60 km à l’ouest de Fort Frances, le centre historique Kay-Nah-Chi-Wah-Nung organise des expositions et propose des expéditions dans des sites historiques qui vous mèneront dans un autre monde. Et, pour satisfaire votre appétit historique, près de Dryden, au lac Wabigoon, découvrez le riz sauvage produit en coopérative par des Ojibwés.

L’art rupestre dans les parcs provinciaux

Peintures rupestres sur les roches du parc provincial Woodland Caribou Photo : SPOMT/Iromoto 2012

Bien qu’il soit difficile de fixer une date à l’occupation du territoire, plusieurs sites archéologiques et d’art rupestre témoignent de la présence ancienne des premiers habitants de l’Ontario et du Québec : pointes de projectiles du site Parkhill, pierres apprenantes du parc Petroglyphs près de Peterborough, peintures d’ocre de la baie Agawa au parc national du Lac-Supérieur et du lac Missinaibi, entre autres.

Expériences accompagnées

Great Spirit Circle Trail

Le Great Spirit Circle Trail, qui regroupe huit communautés des Premières Nations de l’île Manitoulin, vous propose un mini-voyage dans un univers à la fois mystérieux et captivant.

Algonquin Canoe Company

Dès North Bay ou Thorne, l’Algonquin Canoe Company, entreprise mise sur pied par la Première Nation Wolf Lake, met en valeur ses terres ancestrales au moyen d’un transport typiquement amérindien : le canot ! En compagnie d’un guide ou en solo, vous pourrez naviguer sur un réseau de lacs et de rivières qui ont été vitales pour les nations algonquines.

Un retour aux traditions

Pow-wow

Les pow-wow sont un élément incontournable de la culture amérindienne. Grandes manifestations festives, elles célébraient autrefois les exploits guerriers de ces peuples fiers, ou bien honoraient leurs croyances chamaniques. C’était aussi un moment privilégié pour se rassembler, socialiser et échanger. Vous aussi vibrez au rythme des tambours, des rites mystiques et des danses traditionnelles.

Tous nos sens s'éveillent lors d'un pow wow. Photo : SPOMT 1998

Neuf pow-wow ont lieu dans l’île Manitoulin, dont celui de Wikwemikong, le plus ancien de l’est du Canada. Découvrez, au rythme du tambour, les rites amérindiens et les danses traditionnelles. Ce hameau fascinant héberge des artistes de renommée internationale et une magnétique troupe de théâtre qui redonne vie aux légendes ancestrales.

Artisanat

Dans l’île Manitoulin, à M’Chigeeng, le centre culturel ojibwé, superbement conçu, vous initie à la culture anishinabe avant de la rencontrer sur le terrain. Un musée, une galerie d’art nouveau et ancien, des spectacles de conteurs et de nombreuses démonstrations du savoir-faire autochtone enrichiront vos connaissances. Vous aimeriez trouver de l’artisanat ? Facile, mais pour les épinglettes faites de piquants de porc-épic, visitez le Lillian’s Quill Box Museum.

Initiation à la conception d'un capteur de rêve! - Photo : SPOMT/Meleg 2012

À table

Les Premières Nations possèdent leur propre culture culinaire, héritées de générations en générations depuis des siècles. Pour clore votre visite, il faut goûter aux délices de l’Île Manitoulin : le riz sauvage, le maïs, le gibier, le pain, les petits fruits, les plats traditionnels amérindiens… Apprivoisez ces saveurs dans quelques restaurants familiaux de M’Chigeeng, ou encore à Wikwemikong chez Zaawmiknaang, où une soupe au maïs se mange avec des tacos pendant qu’on vous dévoile les secrets du pain banique.

Cuisson du pain banique autour d'un bâton. Photo : SPOMT/Lissia 1998

Découvrir les Premières Nations ailleurs en Ontario

  • Au sud de la baie Georgienne, visitez deux villages reconstitués : celui du musée Huronia et celui de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons, une mission active au milieu du 17e siècle. Le restaurant y sert une excellente soupe traditionnelle des trois sœurs, faite à partir de plants de maïs, de courge et fèves qui poussent ensemble.

Dégustation comme au temps pionniers - et bien avant! À Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons - Photo : SPOMT 2008
  • Le site de pêcherie fixe à Orillia, discret, a été érigé au temps des pyramides et se dresse encore entre les lacs Couchiching et Simcoe. Champlain l’a décrit dans ses mémoires! Tout près, le casino Casinorama offre le contraste de la salle de jeu et une hutte du conteur, qui explique les mythes et légendes des nations du secteur.
Célébration sur l'île Turtle - Photo : SPOMT 2016 
  • L’île Turtle d’Ottawa servait autrefois de poste aux Outaouais. Aujourd’hui, le rythme des tambours se fait encore entendre tout près. C’est à l’île Victoria que danses, célébrations et repas donnent vie à l’histoire.
  • On peut ajouter à la liste les légendes des Pétuns entourant le rocher Ekarenniondi, à Collingwood, exploité par Scenic Caves.

Le tourisme autochtone en Ontario est vraiment authentique, n'hésitez pas à contacter Great Spirit Circle Trail, Indigenous Tourism Ontario et autochtone Canada pour vous aider à organiser votre séjour.

Autres lectures suggérées