Le plus beau circuit touristique de l’Ontario II

Champlain, à Orillia, pose le regard vers Peterborough-Kawartha.

Ce que Champlain a dit de Kawarthas-Northumberland



Le 9 juillet 1615, Champlain quitte Montréal en direction de la Huronie. Il passe le mois d’août à explorer cette région en enclave entre la baie Georgienne et le lac Simcoe, qui porte aujourd’hui le nom touristique de Bruce, Grey, Simcoe. On peut d’ailleurs découvrir ce séjour dans une vidéo de deux minutes en cliquant ici

Il participe ensuite à une expédition militaire vers le lac Oneida, au sud du lac Ontario, aujourd’hui aux États-Unis. Pour s’y rendre, il traverse la région lacustre de Peterborough-Kawartha. Champlain cherche à consolider ses alliances avec les peuples de la région, mais aussi à établir des colonies de peuplement en Nouvelle-France. Et ce qu’il voit lui plaît.

Le trajet

Le 1er septembre 1615, donc, Champlain quitte Cahiagué et parcourt trois lieues pour arriver au barrage de pêche entre le lac Couchiching et le lac Simcoe. Il le décrit comme « quantité de palissades, qui ferme presque le détroit, y laissant seulement de petites ouvertures, où ils mettent leurs filets, où le poisson se prend ». Le barrage Mnjikaning est aujourd’hui un lieu historique national, pas mis en valeur à juste titre, mais qu’on peut tout de même observer moyennant une petite excursion dans une marina…

Des rives est du lac Simcoe, un portage de 10 lieues amène Champlain dans « d’assez belles étendues » : c’est la région de Peterborough-Kawartha. Il remet son canot à l’eau dans le lac à l’Esturgeon (ou le lac Sturgeon) pour suivre une chaîne de lacs et de rivières formée de la rivière Otonabee, du lac Rice et de la rivière Trent, qui mène dans la baie de Quinte du lac Ontario. En traversant le lac, il découvre les Mille-Îles, « de belles îles fort grandes », qui font aujourd’hui le bonheur des touristes.

Le territoire qu’il vient de voir abonde en gibier, en poisson et en oiseaux, dont plusieurs espèces qu’il a connues en France. « Ce pays est fort beau et plaisant, écrit-il. Le long du rivage il semble que les arbres aient été plantés par plaisir en la plupart des endroits. […] Les vignes et noyers y sont en grande quantité, les raisins viennent de maturité. […] Ce qui est déserté en ces lieux est assez agréable. » Combien, encore, longent les rives en bateau ou en vélo!

« Il y a de très hautes montagnes, l’air y est tempéré plus qu’en aucun autre lieu desdites contrées. […] Le pays est traversé de grand nombre de rivières, ruisseaux et étangs, qui se déchargent les unes dans les autres et en leur fin aboutissent dans le fleuve Saint-Laurent et dans les lacs par où il passe : le pays est fort plaisant en son printemps, il est chargé de grandes et hautes forêts remplies des bois de pareilles espèces que ceux que nous avons en France. » - Champlain

Sur le chemin du retour, Champlain se livre à une expédition de chasse à l’embouchure de la rivière Cataracoui, qui aujourd’hui se déverse dans le fleuve Saint-Laurent, à Kingston. La route n’est pas facile. Début décembre, il doit traverser « des sapinières pleines de ruisseaux et étangs, marais et talus, avec quantité de boisés, renversés les uns sur les autres. »

Kingston SPOMT 2007

L’explorateur revient hiverner en Huronie, pays « beau et plaisant, la plupart déserté, ayant la forme et même situation que la Bretagne, étant presque environnée de la Mer douce. » Il y observe les Hurons-Wendats et voyage chez les Pétuns, au sud de la baie Nottawasaga, dans la région de Collingwood, aujourd’hui, pays « rempli de coteaux et petites campagnes, qui rendent ce terroir agréable ». De nos jours, d’ailleurs, c’est un endroit prisé par les amateurs de plein air.

Le 20 mai, Champlain quitte ses hôtes pour rejoindre le sault St-Louis, Montréal, à la fin juin. Champlain vient de découvrir l’Ontario et, espérons-le, vous a donné envie de le faire, à votre tour.

NDLR : Les extraits sont issus de Sieur Samuel de Champlain Cappitaine ordinaire pour le Roy en la Mer du Ponant, « Voyages et descouvertures faites en la Nouvelle France, depuis l’année 1615 jusque à la fin de l’année 1618 », Œuvres de Champlain, Tome IV, 1619. Afin de faciliter la lecture, nous avons adapté les phrases au français d’aujourd’hui.

Autres lectures suggérées