Le Nord de l'Ontario : matière à rêver

Ici, de l'espace et du silence!



Chaque année, l’équipe de rédaction de NorddelOntario.ca se pose la question : quelles seront les expériences uniques à vivre, cet été, chez nous? Qu'est-ce qui nous emballe, quelles sont les nouveautés, qu’est-ce qui suit les tendances mondiales ou régionales?

Le contenu de cet article était réfléchi et prévu bien avant que la COVID-19 stoppe, peu à peu, la planète. À la lumière des événements qui se sont précipités depuis, nous avons revu notre liste. Cependant, le constat a été clair : même dans un contexte de pandémie, la majorité des expériences que nous entendions livrer demeurent pertinentes.

Pourquoi? Par sa vastitude, par son calme, par son caractère pleine nature, le Nord de l’Ontario est certainement une destination qui nous permettra de décrocher.

Pour les gens des villes, le Nord de l’Ontario est l’occasion de s’évader du rythme et du bruit qui s’empareront des rues, de s’éloigner des foules et de profiter de la quiétude de la nature. Pour l’équipe, en tout cas, le Nord de l’Ontario est une destination qui lui permet de rêver en ce temps de confinement.

Photo : Destination Ontario (Thomson)

Sur les traces du Groupe des Sept

Profitez-vous du confinement pour visiter des musées? L’Art Gallery of Ontario s’est transformé en musée virtuel (avec une section présentée en tout temps sur le Groupe des sept) et la Collection McMichael d’art canadien affiche en ligne ses collections, notamment celle du Groupe des sept. Les œuvres de ce dernier, centenaires, ont marqué un virage important dans le paysagisme canadien.

Ce n’est pas tant leur esprit novateur que leur sens de l’aventure qui épate, en 2020. Revenons un peu en arrière.

Il y a une centaine d’années, de jeunes peintres, illustrateurs ou graphistes publicitaires profitent de leurs congés pour quitter Toronto en direction nord. Ils explorent la baie Georgienne, le parc Algonquin puis les rives du lac Supérieur, dans la région d’Algoma. Ils y retourneront régulièrement de 1918 à 1927.

Le 7 mai 1920, ils présentent une première exposition collective dans ce qui deviendra le Musée des beaux-arts de l’Ontario. Au menu : des paysages urbains, des villages de pêche, mais surtout, les paysages d’Algoma, présentés avec un coup de pinceau postimpressionniste.

Afin de marquer le centenaire du Groupe des sept, les organisations touristiques ont créé des circuits pour suivre les traces de ces peintres aventuriers et explorer les rives du lac Supérieur et la pleine nature, avec ses chutes et ses canyons.

On peut donc profiter du confinement pour découvrir le Groupe des sept en ligne, notamment sur les sites de l’Art Gallery of Ontario et de la Collection McMichael d’art canadien, puis du relâchement des restrictions pour partir sur leurs traces en pleine nature, où règne l’espace, le «silence» et la tranquillité! (À noter, les parcs provinciaux rouvrent progressivement à compter du 11 mai!)

Photo : Destination Ontario (Scott), 2003

 

Circuits de VR 

Le VR! La vanlife! Est-ce être en confinement ou, au contraire, s’ouvrir aux grands espaces?

Le Nord de l’Ontario propose plusieurs routes, comme la route côtière de la baie Georgienne, la Route touristique Champlain, le tour du lac Témiscamingue… Mais le nec plus ultra, l’expérience la plus géante, c’est certainement le tour du lac Supérieur!

Il a beau faire 2300 km, on peut le faire en entier ou en partie et se laisser impressionner par toute cette beauté. Par exemple, une dizaine de parcs provinciaux (qui rouvrent progressivement pour utilisation diurne à partir du 11 mai) et nationaux ponctuent les 700 km qui relient Sault-Sainte-Marie et Thunder Bay, auxquels s’ajoutent les parcs et les belvédères municipaux et de charmants villages côtiers. Bachawana Bay, Agawa, Wawa, Neys, Schreiber, Rossport, Nipigon, Ouimet, Sleeping Giant… Tout est géant, ici! Et en plein Bouclier canadien!

Photo : Destination Ontario (Thomson), 2000

 

Cyclisme : le tour de l’île

Depuis quelques années, le cyclotourisme connaît un essor, dans le nord de l’Ontario. Le canal Rideau a toujours été une destination très populaire, comme le canal Welland. Mais à cause de leur notoriété, ces endroits sont d’ordinaire achalandés.

L’île Manitoulin a la particularité d’être relativement préservée du développement humain. L’été, avec les touristes et les résidants saisonniers, on y compte 15 000 habitants – plus une très grande quantité de chevreuils! C’est donc une oasis de nature où le rythme demeure lent. Les 800 km de route partagée (par les chevreuils, les vélos et les voitures) sont appréciés par les cyclistes. Et les villages sont assez nombreux pour ponctuer la route de pauses bien méritées.

Autre île prisée des cyclistes : l’île Saint-Joseph, près de Sault-Sainte-Marie. C’est le site d’un ancien fort, exploité par Parcs Canada, et de quelques érablières. Une escapade champêtre comme on les aime!

Il y a aussi la véloroute Voyageur, qui longe la rivière des Outaouais par la route 17, puis bifurque vers la rivière des Français, et passe de village en village dans des routes secondaires où la cohabitation voiture-vélo se déroule bien.

Bien sûr, il y a beaucoup d’autres choix. Vous en trouverez la liste ici!

Photo Destination Ontario (Goh Iromoto)

 

À la liste avant la COVID-19

Initiation à la pêche 

La pêche. Le sport est pratiqué par trois millions de Canadiens! Vous n’êtes pas du nombre, mais aimeriez bien l’être? Destination Ontario et Destination Nord de l’Ontario ont lancé des programmes d’initiation à la pêche, en collaboration avec diverses pourvoiries. Accompagné de guides experts avant le départ et lors de votre séjour, vous aurez tout en main pour vivre une expérience unique et récolter de bonnes histoires à partager à votre retour!

Photo : Destination Ontario

Tourisme culturel

De nombreuses initiatives mettent en valeur le caractère multiculturel de l’Ontario, en particulier des «fondateurs».

Par exemple, le tourisme autochtone prend de l'ampleur. Certains groupes et attractions étaient déjà bien organisés (c’est le cas de Great Spirit Circle Trail, des expéditions sur les côtes de la baie James, d’Expériences autochtones à Ottawa). Plus récemment, Indigenous Tourism Ontario présente des forfaits existants dans la province.

La francophonie ontarienne du Nord est aussi mise de l’avant via diverses initiatives, certaines récentes, d’autres moins. Il y a le corridor touristique francophone pancanadien, la Route touristique Champlain, le réseau Aventure Nord pour les amateurs de sports motorisés et le Réseau des villes francophones et francophiles de l’Amérique. Plusieurs villes du Nord font partie de ce réseau (par exemple : Rivière des Français, Hearst, Sudbury) et structurent présentement la mise en valeur de leur caractère francophone!

Photo : Destination Ontario (Joey Panetta), 2013

escapades sur mesure

On assiste à l’apparition d’expériences touristiques personnalisées. C’est le cas à Temiskaming Shores, où l’offre d’expériences personnalisées est présentée sur la plateforme de Airbnb.

Aussi, Off the beaten track propose de créer des forfaits selon les intérêts et le budget de sa clientèle. Envie de partir en expédition de canotage, mais de rentrer à temps pour profiter d’un souper gastronomique? Envie d’une journée spa entre filles? Ou encore de savourer une fondue en hauteur? Emma Jones vous concocte l’escapade de vos rêves autour de North Bay. Peut-être sait-elle déjouer la COVID-19?

Autres lectures suggérées