Les plus grands road trips de l'Ontario

En moto, en VR, en auto...

Envie de rouler ? Vous êtes servi!



Vous êtes à la recherche des routes iconiques ? Vous voulez rouler à travers des décors de carte postale ? Destination : Ontario ! Les parcours sont ici nombreux : vers le Nord et le Manitoba, la route 17 longe le plus grand des lacs du monde, le lac Supérieur. Il y a aussi la sublime route côtière de la baie Georgienne, l’historique Route Champlain, l’artistique quête sur les traces du groupe des Sept et le champêtre tour du lac Témiscamingue.

Découvrez sans plus attendre les roads trips les plus appréciés de l’Ontario. Lequel choisirez-vous ?

Le tour du lac Supérieur

boucle de 2300 km, divisible

Le tour du lac Supérieur s'inscrit au rang des plus belles routes au monde. On le mesure à la hauteur des iconiques Alaska Highway, Klondike Trail et Icefields Parkway (le corridor Banff-Jasper). Longeant toute la côte, la virée est tout simplement inoubliable. Aux abords du plus grand lac au monde, c’est toute la beauté de la nature canadienne qui défile sous nos yeux.

Le lac Supérieur, de la route 17. Photo What a Ride 2012

Il ne faut pas se laisser intimider par cette bête de 2300 km. Quelques haltes routières et les villages permettent la pause tout au long du parcours. Certains offrent des points de vue imprenables sur le Grand Lac. C’est particulièrement le cas dans le magnifique tronçon entre Sault-Sainte-Marie et Thunder Bay.

La baie Batchawana, au nord de Sault-Sainte-Marie : une des nombreuses plages et halte routière du lac Supérieur. Photo : What A Ride 2011

Ce tronçon d’un peu moins de 600 km se parcourt en environ 6 h 30 de route. Plusieurs choisissent de faire un bout du lac Supérieur à la fois, et celui-ci est spectaculaire.

On peut étirer le plaisir de 115 km et découvrir du coup deux des plus grands centres du Nord : Sault-Sainte-Marie, à l’est, avec son canal et ses bâtiments historiques. Suivent un chapelet de parcs provinciaux, de points de vue tant impressionnants qu’imprenables, de plages, de villages côtiers dignes de cartes postales jusqu’à Thunder Bay. Une fois rendu dans cette « ville à la tête du lac », l’offre touristique permet une diversité d’expériences : randonnées sur terre et en « mer », bonnes tables, mosaïque de cultures, microbrasserie, galeries d’art…

Aux pieds du géant endormi, le Sleeping Giant. Photo : What a Ride/Sawicki 2011. 

Avis aux amateurs de moto : vous serez ravi de trouver sur le site de Ride Lake Superior plusieurs cartes interactives, affichant lieux d’hébergement et de restauration et ateliers de réparation. Tout autour du lac, des points d’arrêt vous sont suggérés. Ceux-ci permettront d’obtenir le certificat du tour du lac Supérieur !

Ride Lake Superior réserve même des espaces de stationnement pour les motocyclettes.

Où se délier les jambes et prendre des selfies :

  • L’oie de Wawa est une énorme statue en acier représentant une bernache du Canada. Wawa signifie « oie sauvage » en ojibwé. La grande structure a été changée en 2017.
  • Une statue est consacrée à Winnie l’ourson — Winnie the Pooh — à White River. On dit que l’histoire de Winnie y est née, découvrez-la au musée de White River (entrée libre).
  • Un monument commémore la longue course de Terry Fox, qui avait entamé une traversée du Canada pour collecter des fonds pour la lutte contre le cancer. Le cancer, gagnant du terrain, a contraint le jeune courir à abandonner son projet près de Thunder Bay. La ville lui a rendu hommage en plaçant son monument à un point dominant, avec un magnifique point de vue des environs.

À la gauche de Terry Fox, on peut admirer le lac Supérieur. Photo : What a Ride/Planet D, 2014

Visitez le site Ride Lake Superior (offert en version française).

Autres articles à lire au sujet du tour du lac Supérieur :

 

La route côtière de la baie Georgienne

boucle de 800 km, 2000 km de Montréal, 14 jours

Parfaite pour les VR, la route côtière de la baie Georgienne se fait aussi très, très bien en voiture ou en moto… Les arrêts s’imposent pour admirer les paysages époustouflants (et encore assez peu visités) de falaises, de centaines d’îles, de pins balayés par le vent, ou de longues plages de sable clair lavées par des eaux cristallines.

Au nord de la baie Gerogienne. Photo : What a Ride/Sawicki 2011

Grande attraction du parcours, la tournée des plages constitue une pause de choix. Wasaga et Sauble Beach comptent parmi les plus longues plages en eau douce au monde, avec respectivement 12 et 10 km. On aime aussi Singing Sands, Waubuno Beach, Moonlight Beach, et la plage de Providence Bay, la plus belle du Nord ontarien aux dires de plusieurs.

Autre coup de cœur : le Chi-Cheemaun, un magnifique traversier d’où l’on admire la grande baie Georgienne, dans une traversée d’une durée de 1 h 45 entre Tobermory et South Baymouth. On profite pleinement du décor sur le pont supérieur. Envie d’une promenade ? Visitez la galerie d’art ! À bord du Chi-Cheemaun, on organise même des soupers-croisière au couchant, des spectacles ou des soirées astronomie, à l’occasion !

Pour un autre tour de bateau unique, un bateau à fond vitré permet l’observation de plus près des naufrages du nord de la péninsule Bruce.

Plusieurs parcs nationaux et provinciaux de grande envergure s’ajoutent aux haltes : Péninsule-Bruce, Misery Bay, Manitoulin, Killarney, rivière des Français, Killbear, Massasauga, Îles de la baie Georgienne, Awenda… Là, sentiers de randonnée, occasions de canot ou de kayak de mer…

Bref, autour de la baie Georgienne, il y a de quoi faire !

À Killarney, on sort les bottes demarche et les kayaks. Photo : What a Ride 2011

Visitez le site Bonjour baie Georgienne (pour l'instant en reconstruction).

Où se délier les jambes et prendre des selfies :

  • Une trentaine de phares jalonnent la route de la baie Georgienne, témoins de l’imposant patrimoine marin et historique de la région. Jolies photos garanties !
  • Le marché de Keady, au sud-ouest de la baie, est un gigantesque marché en plein air constitué de 250 commerçants vous y accueillent tous les mardis de mai à octobre avec leurs spécialités, un lieu convivial et insolite. Tout autour, les champs exploités par des mennonites proposent des mosaïques de couleurs comme on en voit peu.

Festivals et événements sur la route :

Autres articles à lire au sujet du tour du lac Supérieur :

 

Le tour du lac Témiscamingue

boucle de 445 km

Le lac Témiscamingue, à cheval sur les deux provinces de l’Ontario et du Québec, offre des virées splendides à deux ou quatre roues. Ce magnifique lac gagne à se faire connaître. Un passeport identifie les lieux d’hébergement, les restaurants et les points d’intérêts au long des quelque 445 kilomètres (pour 5 heures de route).

Le lac Témiscamingue, vu de Ville-Marie. Photo : What a Ride/Sawicki 2011

Les motos et les voitures rejoignent le lac Témiscamingue en longeant la rivière des Outaouais. Ensuite, la route se parcourt de village en village, avec des sections plus boisées dans la portion sud du lac. On pourra par exemple s’arrêter à Mattawa, ville riche en culture et en histoire, disposant de jolies boutiques, de restaurants, d’une galerie d’art et d’un musée, ou à Temiskaming Shores, collectivité en effervescence. À noter : les francophones sont bien présents, de part et d’autre du lac !

Temagami : la porte d'entrée d'un univers lacustre. La gare y est magnifique et accueillait, il y a 100 ans, les touristes en provenance de la ville. Photo : What A Ride/Sawicki 2012

Les communautés autochtones habitent ce territoire depuis des milliers d’années. Le lac a joué un rôle majeur dans leurs échanges et les Européens en ont fait une route privilégiée pour la traite des fourrures. Aujourd’hui, les nations algonquines sont principalement regroupées près de Timiskaming, Long Point, Eagle Village, Wolf Lake et Temagami et complètent l’offre.

Où se délier les jambes et prendre des selfies :

  • La petite Miss Claybelt, la vache qui vous accueille dans la portion nord de Temiskaming Shores
  • À Mattawa, on trouve 22 sculptures de personnages historiques : le célèbre bucheron Joe Montferrand, Samuel de Champlain, Grey Owl et Anahareo, un travailleur du chemin de fer, un éclaireur autochtone, Amable du Fond, un voyageur et Radisson, des Groseillers, Brébeuf, Étienne Brûlé, bien connus dans les livres d’histoire de la Nouvelle-France…

Le grand Jos Montferrand vit toujours à Mattawa. Photo : What a Ride/Sawicki 2012

Festivals et événements sur la route :

Autres articles à lire au sujet du tour du lac Témiscamingue :

 

Sur les traces du Groupe des Sept

Les peintres du Groupe des Sept ont beaucoup visité la côte nord du lac Supérieur, le canyon Agawa, le parc Killarney, les monts La Cloche et la région minière de Cobalt. Ces graphistes qui œuvraient dans le monde publicitaire à Toronto partaient en expédition à la recherche de paysages captivants à griffonner puis immortaliser. À quelques années du centenaire de la première exposition de ce groupe qui a révolutionné l’art visuel au Canada (qui sera sûrement souligné en grande pompe en 2020), ces sites sont mis en lumière par des aventuriers et des amateurs d’art, puis mis en valeur par les organisations touristiques.

Killarney était un village forestier, puis de pêche. Il est maintenant bien connu pour son parc. Photo : WAR Sawicki 2011

Pas besoin d’être un amateur d’art pour apprécier toute la beauté des paysages environnants. Granite rose, quartz blanc, bleu cristallin des eaux : on comprend la fascination des artistes pour ces lieux intouchés devenus mythiques.

L’œuvre du Groupe des Sept est un appel à l’aventure dans le parc provincial Algonquin (où a péri Tom Thomson, précurseur du Groupe des Sept, en juillet 1917), le parc provincial Killarney et les monts La Cloche, la rivière des Français…

Dans la région d’Algoma, des panneaux explicatifs sur chevalets sont installés pour que l’on puisse comparer les toiles avec les décors qui les ont inspiré. 

Une expérience vraiment unique est aussi proposée depuis Sault-Sainte-Marie : là, on prend le train en direction du canyon Agawa. Votre wagon sera bien plus confortable que le box car emprunté — et activé — par les peintres ! À votre retour, prenez le temps de vous arrêter au magnifique et tout petit musée des beaux-arts d’Algoma pour admirer les œuvres des peintres et de Norval Morriseau. Vous pouvez ensuite filer vers les rives du lac Supérieur. La région touristique d’Algoma a préparé une carte de ses panneaux, à consulter ici.

Un des nombreux panneaux d'interprétation dans la région d'Algoma. Photo : Andréanne Joly

Norddelontario.ca vous présente une série d’articles sur la présence du Groupe des Sept en Ontario :

La Route Champlain

Amateurs de nature, d’aventure ou d’histoire, la Route Champlain est pour vous. Ce chemin suit le célèbre explorateur Samuel de Champlain lors de son voyage de 1615 sur plus de 1500 kilomètres, le long de la rivière des Outaouais, de la rivière Mattawa, du lac Nipissing, de la rivière des Français, de la baie Georgienne ou encore du canal Trent-Severn. Il a séjourné quelques mois au sud de la baie Georgienne… Aimerez-vous vos découvertes autant que lui ? 

Un grand nombre d’attractions ponctuent la route, entre randonnées, canot et kayak, le tout au cœur de paysages à couper le souffle.

Ici aussi, Norddelontario.ca vous a préparé une série d’articles sur le passage de Champlain dans ce qui deviendrait l’Ontario :

 

La question des sites de camping

On trouve beaucoup de terrains de camping dans le Nord. Les personnes qui voyagent en VR trouveront des sites à sens unique, ce qui facilite la circulation, avec électricité à 50 ou à 100 ampères.

Beaucoup de parcs provinciaux de l’Ontario jouissent d’une bonne réputation auprès des amateurs de VR. Aussi, le Nord de l’Ontario compte quelques sites de la chaine KOA et des terrains privés. Le répertoire en ligne de Camping in Ontario permet de faire une recherche selon vos exigences (sites à deux entrées pull-through, animaux bienvenus, station de vidange)…

Autres lectures suggérées