Born to Hunt s'offre le Nord de l'Ontario

Éric Marion a profité de la pandémie pour faire vivre une expérience de chasse à son fils.

Une pandémie? Pas de problème!

La pandémie a chamboulé la saison de tournage de l'émission Born to Hunt. L'équipe s'est tournée vers le Nord de l'Ontario.



Comme à tous les printemps, l’équipe Born to Hunt se préparait à parcourir le monde… tant au Canada qu’en Afrique, afin de chasser et ainsi produire de belles images de chasse pour partager avec les téléspectateurs.

Comme nous le savons tous, le monde s’est arrêté en mars dernier. Le COVID-19 sonnait à nos portes, nos frontières se sont fermées et nous nous sommes tous enfermés dans nos maisons en espérant protéger nos familles de ce virus mortel.

Cependant, passionnés comme nous sommes de la chasse et de la pêche, le COVID-19 n’allait pas nous arrêter… Il était temps de repenser à notre façon de faire pour la saison de diffusion 2021.

Comme c’est souvent le cas, une idée est née d’une belle discussion entre voisins autour d’un feu de camp. Pourquoi pas explorer le Nord de l’Ontario? Nous sommes quatre Franco-Ontariens, fiers de nos racines, et nous n’avions pas encore eu la chance d’explorer le Nord de notre province. 

Born to Hunt n’avait pas encore exploré le Nord de l’Ontario. Maintenant, c’est fait! Et ce sera à refaire! Photo : Born to Hunt

Destination Moonbeam

De fil en aiguille, nous avons discuté des différentes possibilités qui s’offraient à nous. Wow!!! Nous étions loin d'imaginer à quel point l'accueil dans la magnifique région de Fauquier, Moonbeam et Kapuskasing serait chaleureux! 

Quelques semaines plus tard, nous voilà attablés devant les cartes topographiques du Nord de l’Ontario à la recherche d’un territoire de chasse pour l’ours noir. Quel défi - il y a beaucoup de choix! Tant qu’à y être, pourquoi pas en profiter pour se régaler devant un bon repas de dorés à la suite d’excursions de pêche?

La famille Marion a profité de la pêche au doré dans le lac Rémi! Photo : Born to Hunt

Grâce à un accueil à bras ouverts par les habitants et les commerçants du coin qui nous ont aidés et appuyés tant dans nos démarches que dans notre expérience sur le terrain, Born to Hunt a réussi à produire des images spectaculaires.

Sans plus tarder, voici comment nous avons obtenu du succès en moins de trois semaines, à plus de dix heures de route de notre patelin en pleine période de pandémie.

Sur la route, destination Nord de l'Ontario. On découvre la province! Photo : Born to Hunt

On prépare la chasse

Heureusement pour nous, les permissions pour chasser sur des terrains privés et des terrains de la couronne ont été faciles à obtenir. Les portes s’ouvraient les unes après les autres pour notre équipe de tournage. Par contre, comme vous le savez sans doute, la pratique de la chasse n’est pas une expérience toujours facile et garantie. Afin d’y mettre l’effort nécessaire, nous sommes descendus deux fois dans cette belle région. Et oui… tout cela en portant toujours notre masque de protection et en respectant la distanciation sociale.

Lors de notre premier séjour, nous avons trouvé six endroits propices où l’on pensait être capable de récolter des ours noirs, à l’aide de nos études des cartes forestières. Étant pères de famille et ayant nos enfants à la maison, pourquoi pas profiter de ce temps afin de leur enseigner les rudiments de la chasse à l’ours car, habituellement, ils ne peuvent pas nous suivre dans nos aventures?

Pour tous les adeptes de la chasse à l’ours, ce n’est pas un secret qu’afin d’espérer récolter un ours, il faut y mettre l’effort, c’est-à-dire garder les sites d’empâtement actifs et les vérifier quotidiennement. Voilà où nous avons été agréablement surpris de tous les gestes d’entraide rencontrés dans cette magnifique région. Il n’y a pas de doute, les gens du Nord sont très accueillants, travaillants et débrouillards en forêt. Grâce à Stéphane et son père, nos sites étaient en feu à notre retour, trois semaines plus tard.

La caméra allait dévoiler que les histoires de chasse dans le Nord, ce ne sont pas des histoires! Photo : Born to Hunt

Un peu de pêche

Ainsi, au début du mois de juin, nous sommes de retour dans la région. Cette fois-ci, nous sommes accueillis par Miguel Tailleur, propriétaire du magasin de chasse et pêche Raxfin à Kapuskasing. Entre autres, il nous passe un superbe côte à côte Can-Am et nous promet de vivre une aventure de pêche incroyable, sans doute pour montrer les richesses et la qualité du doré de la région.

Disons que les gars de la région de l’Est de l’Ontario ne se sont pas fait prier pour tenter cette expérience!

Born to Hunt aime aussi la pêche. Beaucoup! Photo : Born to Hunt

L’ours : ce ne sont pas des histoires!

J’aimerais bien vous dire que j’ai dû m’armer de patience et passer plusieurs jours à l’affût en observant la faune, mais ce serait vous mentir. Wow! Quel territoire d’ours! Mon voisin me racontait des histoires du Nord… et je croyais qu’il s’agissait de légendes. Mais non, les caméras de surveillance remplies de photos d’ours m’ont bel et bien prouvé que la région du nord de l’Ontario est un coin de rêve pour tout chasseur! 

La chasse s’est terminée en trois jours pour la famille Marion et l’équipe Born to Hunt. J’ai récolté mon ours lors de ma première journée de chasse et mon fils, âgé de 12 ans, a récolté son premier ours lors de sa troisième journée de chasse. Qu’est-ce qu’un chasseur pourrait demander de plus?

Un premier ours pour ce chasseur en herbe! Photo : Born to Hunt

Une région à explorer!

Oui, je vous parle de l’ours, car j’étais à la chasse à l’ours. Par contre, je n’ai jamais vu autant de signes de la présence du grand cervidé dans une région. J’espère bien avoir la possibilité d’y revenir un jour afin de chasser l'orignal, ce roi de la forêt. 

Par la suite, nous avons eu le temps d’en profiter en famille et d’explorer le lac Rémi grâce à notre guide Miguel. Et oui, le doré était succulent au souper!

Vous pouvez suivre cette excellente aventure de chasse et de pêche sur les ondes de TVA Sports dès janvier 2021.

Un grand merci aux familles Babin, Meilleur, Sauvé, Tailleur et Tremblay de nous avoir accueillis et aidés afin de rendre mémorable notre séjour dans le Nord. Ce n’est qu’un au revoir, nous serons définitivement de retour dans cette belle région francophone.

Autres lectures suggérées