Explorer l'Ontario à motoneige

En motoneige dans la région d'Algoma. Photo de Virgil Knapp (SPOMT).

Permis, circuits, poudreuse

Vous aimez faire de la motoneige. Vous aimez voyager. Vous avez parcouru les sentiers du Québec et d’ailleurs, et vous cherchez une nouvelle destination.



On connaît l’Ontario pour ses régions méridionales, comme les plages de Sandbanks et Wasaga Beach et les régions viticoles comme Niagara. De super destinations d’été. Mais, à l’instar de l’Abitibi, le Nord de l’Ontario est reconnu pour la longueur de ses hivers, ses sentiers larges et entretenus avec soin par une armée de bénévoles dévoués.

Découvrez ici les circuits et les sites hors sentiers les plus prisés, les parcs de poudreuse et les occasions de location de motoneige. Vous y lirez les principales caractéristiques et les destinations les plus populaires de la province.

Nota : Sur le site norddelontario.ca, vous pourrez aussi lire la comparaison des sentiers du Québec et de l’Ontario livrée par Yves Ouellet, rédacteur en chef du magazine Motoneige Québec. Ensuite, pour préparer votre voyage de motoneige, vous suivez les judicieux conseils de Luc Levesque, célèbre surfaceur — le Groomer Guy — de Dubreuilville. Besoin de louer une motoneige ? NorddelOntario.ca vous livre le fruit de nos connaissances et de nos recherches. Les liens sont intégrés à la fin de l’article. On veut vous garder avec nous encore un peu !

De bonnes quantités de neige

Plusieurs endroits dans le Nord ontarien reçoivent de bonnes quantités de neige — plus de 300 cm par année, à l’instar d’Amqui (345 cm), de Sainte-Rose-du-Nord (336 cm) et de Chapais (313 cm). En Ontario, la beauté de la chose, c’est qu’un corridor de plusieurs centaines de kilomètres reçoit ces généreuses bordées : au sud, North Bay (300 cm), Wawa (319 cm) ou Porcupine (près de Timmins) (310 cm) et, au nord, Kapuskasing (308 cm).

La base des sentiers de la région est reconnue pour sa fermeté, ce qui assure leur longévité. Une bonne nouvelle ne vient jamais seule. La neige folle se renouvelle aussi tout au long de la saison, au bonheur des adeptes de poudreuse.

Photo : SPOMT/Virgil Knapp

Sur sentier

Droits d’accès

Réglons une question : celle des droits d’accès. En un clin d’œil, voyons où l’Ontario se tient :

Coûts des droits d’accès en 2017-2018

 

Québec (FCMQ)

Ontario (OFSC)

Accès saisonnier

390,00 $

277,50 $

Permis pour les anciens modèles

230 $ (1998)

187,50 $ (1999)

Permis de courte durée

60 $ pour un jour,
130 $ pour 3 jours et
215 $ pour 7 jours

35 $/jour
(minimum de 2 jours)

Comme la Fédération québécoise des clubs de motoneigistes, l’OFSC propose des tarifs réduits. Dans le cas de l’Ontario, les tarifs les plus bas sont imposés avant le 1er novembre. De novembre à décembre, des réductions sont aussi offertes.

Circuits

On aime les circuits de motoneige : le sentier provincial a beau être beau, long, large (du moins dans le Nord), bien entretenu par les clubs de motoneigistes et facilement accessible par le réseau québécois, les boucles ont l’avantage de mener de destination en destination et de faire voir du pays, avec une planification déjà toute faite.

On rejoint les sentiers ontariens par la route ou par les sentiers de motoneige à LaSarre, Rouyn-Noranda, Notre-Dame-du-Nord et Témiscaming.

Le tour du parc Algonquin

On compte ces boucles à la dizaine, en Ontario. Il y a le célébrissime Round Algonquin Park (R.A.P.), qui fait le tour du grand parc Algonquin. Les motoneigistes s’y déplacent par centaines, voire par milliers, d’année en année, pour admirer la forêt de feuillus au sud et celle de conifères au nord. Toutefois, ce circuit est très achalandé.

Le RAP est une des boucles de motoneige les plus populaires de l'Ontario. Photo : SPOMT.

Le canyon Abitibi

Ce n'est pas le cas de la  boucle du canyon Abitibi. Certes, elle est un peu loin, voisine de l’Abitibi. C’est dire que l’achalandage moins important favorise le bon état des sentiers. Malgré tout, c'est une destination bien en vue chez les motoneigistes aguerris de l’Ontario et chez les journalistes de American Snowmobiler Magazine et de Snow Goer Canada.

Accessible depuis Cochrane ou Smooth Rock Falls, c’est l’un des sentiers de l’Ontario qui permet d’aller le plus au nord – à la même latitude que Matagami, au Québec. En 303 km, la boucle traverse des couloirs hydroélectriques, longe la rivière Abitibi et fait voir son magnifique canyon, pour enfin atteindre les basses-terres de la baie James. Des guides, certains francophones, offrent de sortir des sentiers battus pour poursuivre l’exploration jusqu’à la grande baie, d’ailleurs.

On trouve des hôtels et des motels, des restaurants, des concessionnaires et des stations-service habituées d’accueillir des dizaines de motoneigistes à la fois à Cochrane et Smooth Rock Falls.  

D’autres options

Vous trouverez ici - sur NorddelOntario.ca - des articles décrivant les boucles du Nord ontarien, et sachez qu’il y en a partout. Entre Sault-Sainte-Marie et Sudbury, la boucle de la côte nord du lac Huron (North Shore Loop) peut s’étirer sur plus de 1000 km, et encore plus si on fait le crochet vers l’île Saint-Joseph.

Du côté de Mattawa (près de Témiscaming), l’Explorers’ Snow Tour regroupe 10 points d’intérêt, dans un trajet de 234 km. À partir de Sudbury, il y a la boucle de Cartier, sur 253 km ou la boucle de Chiniguchi, de 233 km. Dans le Témiscamingue ontarien, la ruée de la ruée vers l’or… blanc, de 670 km. Suivez les hyperliens : Jeff McGirr, un motoneigiste aguerri, décrit chacun de ces sentiers qui font partie de son palmarès des plus beaux circuits de motoneige de l’Ontario.

Un motoneigiste fait ici une pause à Mattawa, devant le centre de ski Antoine Mountain. Photo : SPOMT

Ils se trouvent aussi sur la carte interactive de l’OFSC, offerte en français, qui compile une partie des commodités, comme lieux d’hébergement ou de restauration et concessionnaires et stations-service. La carte toute neuve est hébergée par Evouala.

La boucle du canyon Abitibi sur la carte interactive de l'OFSC.

Hors sentier

La motoneige hors-piste est une pratique de plus en plus populaire, notamment chez les jeunes, et les ventes de motoneige en sont le reflet. Certaines parties du Nord de l’Ontario n’ont pas le relief des Monts-Valin ou des Chic-Chocs, mais on développe dans des lieux accessibles des destinations qui font le bonheur des amateurs de neige folle.

Depuis 2014, la région de Wawa s’impose comme destination de poudreuse, d’autant plus que la neige folle est sans cesse renouvelée par d’abondantes précipitations, équivalentes à celles observées à Chapais.

La formule est accrocheuse : on mise sur le secret pour attirer les adeptes de boondocking. Les motoneigistes doivent se présenter chez un concessionnaire local pour obtenir la carte et savoir où se diriger pour se lancer dans la neige folle. Une pierre, deux coups : ainsi, on assure la sécurité des motoneigistes en les inscrivant et en notant quand ils doivent rentrer. Le dénivelé de 350 à 530 mètres de la région « top secret » (la municipalité est à environ 260 m du niveau de la mer) fait naître des reliefs dans lesquels mordent les long tracks

La motocycliste Jess Kline a testé la poudreuse de Wawa pour What a Ride, un programme de Destination Ontario.

Le canyon Abitibi, qui est près de la rivière Abitibi, du côté ontarien de la frontière, attire aussi de plus en plus l’attention. Accessible à partir des sentiers de la boucle du canyon Abitibi, ce terrain de jeu est une destination annuelle des amateurs de boondocking de la région.

Attention, adeptes du snowbike : pour vous rendre au canyon, il faudra passer par les couloirs d'hydro plutôt que par les sentiers de motoneige.

Aspect pratique : froid et commodités

On trouve facilement les commodités nécessaires aux motoneigistes dans les localités de 1000 résidants et plus, mais vu les grandes distances du Nord, vaut toujours mieux être prudent et évaluer la distance et les besoins d’une étape à l’autre.

Pour ce qui est du froid, vaut mieux être bien équipé pour contrer le froid et le vent. Avec les plus grands froids (-30, par exemple), disparaît l’humidité désagréable de l’hiver, qui traverse les épaisseurs de vêtement. Mais ce n’est pas une raison de laisser tomber les pelures d’oignon pour autant. Portez un bon pantalon, des bas qui garderont vos orteils au chaud, de bonnes mitaines et un passe-montagne. Et ne vous laissez pas intimider.

À Matawa. Photo : SPOMT.

Pour en savoir plus

Pour comparer les sentiers du Québec et de l’Ontario, lisez l’article d’Yves Ouellet, rédacteur en chef du magazine Motoneige Québec.

Michel Garon a parcouru des sentiers de motoneige partout - sauf en Sibérie. Voyez pourquoi il aime particulièrement ceux du Nord ontarien.

Pour préparer votre voyage de motoneige, lisez les judicieux conseils de Luc Levesque, le Groomer Guy de Dubreuilville. (à venir)

Pour consulter la liste des boucles coup de cœur du Nord-Est ontarien, lisez l’article du journaliste Craig Nicholson de SnowGoer Canada.

Pour louer une motoneige, lisez les fruits de nos recherches.

Autres lectures suggérées