Escapade bien campée dans le nord de l’Ontario

Le parc Fushimi



L’accent parisien diffère autant de l’accent provençal que le français de la Gaspésie de celui de Montréal. Il en va de même en Ontario, comme l’ont si bien relevé les humoristes de la troupe Improtéine d‘Ottawa dans leur clip génial (et peu correct politiquement, disons-le) sur les accents.

On propose ici aux amateurs de camping un circuit passant par Sturgeon Falls, Timmins, Kapuskasing et Hearst, qui vous remplira les oreilles des accents français du nord de l’Ontario... tout en permettant aux locaux de profiter du vôtre. Nous sommes tous exotiques pour quelqu’un, n’est-ce pas?

Alors que Toronto ne compte que 2 % de francophones, Timmins en comprend 39 % pour 43 000 habitants; Nipissing Ouest, 63 % pour 14 100 habitants; à Kapuskasing, 68 % des 8200 habitants sont francophones. Quand à la petite ville Hearst, au bout du circuit, elle héberge 86 % de francophones parmi ses 5000 habitants!

“First thing first”, on réserve

Cinq parcs provinciaux permettent de profiter des plaisirs de la pêche et de la marche en nature de la région entre Sturgeon Falls et Hearst. Parcs Ontario nous a rendu la tâche vraiment facile pour réserver un espace de camping avec son excellent système bilingue. Comptez en moyenne 40 $ par nuit d’hébergement.

Vous trouverez les 122 parcs provinciaux comprenant des terrains de camping dans le menu de gauche de leur site, sous « Choisissez votre parc ». En cliquant « Réservez maintenant », on peut remplir tous les champs dans le menu de gauche et choisir « Sur la carte » pour voir le plan des terrains, duquel on accède aux détails sur chaque emplacement.

Premier stop: Sturgeon Falls

Marten River SPOMT Whillans 1998

Sturgeon Falls (faisant partie de Nipissing Ouest) est à quatre heures de route Toronto. C’est un bon point de départ pour souligner les 400 ans de présence française en Ontario puisque le premier européen à faire la récolte des fourrures dans cette région fut Jean Nicolet qui y séjourna autour de 1620. On peut en savoir plus sur le premier poste de traite, ouvert dans les années 1790 par Denis de la Ronde, en visitant le Musée Sturgeon River House établi sur un site authentique de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Le parc provincial Marten River est à une heure au nord de Sturgeon Falls (on y prête des lignes à pêche). Quinze minutes plus loin, se trouve le parc Finlayson Point (où quelques employés parlent le français). On y loue canots, kayaks et vélos.

Deuxième stop: Timmins

Kayak Challenge

Quatre heures au nord de Sturgeon Falls, nous attendent Timmins et son musée gratuit où, d’ici la fin de septembre, les visiteurs pourront voir un maître-artisan autochtone fabriquer un canot, à grand renfort d’anecdotes en français, anglais et cri. On peut également visiter la petite maison du prospecteur privé, et la maison verte Hollinger, recréant pour nous la vie d’une famille de mineurs des années 1930. La collection du Musée de Timmins comprend normalement de nombreux artéfacts et archives substantielles sur Camp Porcupine, plus de 68 millions d’onces d’or ayant été tirées des flans de Timmins dans les 100 dernières années, mais le musée propose temporairement cet été un regard sur le travail en arrière-scène des musées.

Du 28 au 30 août, la ville recevra son 7Festival et Grand Défi canadien du kayak, incluant des feux d’artifice, une course annuelle de petits canards jaunes sur la rivière Mattagami et des compétitions de danse écossaise.

Dans le parc provincial Kettle Lakes, 40 minutes à l’est de Timmins, du personnel nous accueille en français à l’entrée. On y loue canots, pédalos, vélos, et on y prête des lignes à pêche.

Troisième stop: Kapuskasing

Les 68 % de francophones de la petite ville de Kapuskasing, deux heures après Timmins, expliquent la venue d’un grand canon comme le chanteur Kevin Parent lors de leur 16édition du Festival de la St-Jean, en 2015! Un autre festival très populaire dans cette ville d’industrie forestière : le Festival des bûcherons, qui présente également sa 16e édition du 24 au 26 juillet 2015. Leur slogan « Nos forêts, nos racines » est vraiment bien trouvé!

Festival des bucherons AJ

Photo : Andréanne Joly

La visite de leur Musée commémoratif Ron Morel est gratuite et originale. Le musée comprend une locomotive, un fourgon de queue (caboose) et des galeries dans deux wagons de passagers, où se trouve une belle piste trains miniatures.

Le parc provincial René Brunelle est à 15 minutes à l'est de Kapuskasing. On y loue bateaux à moteur, vélos, canots, kayaks, pédalos et bateaux à rames, et la majorité du personnel y est parfaitement bilingue.

Quatrième stop : Hearst

La petite ville de Hearst, à 100 km de Kapuskasing, comprend la Place du marché de la scierie patrimoniale, hébergé dans l’une des plus anciennes maisons de Hearst (au 53 sur la 9e Rue), dont les premiers propriétaires étaient Adélard et Hélène. On y découvre la vie au quotidien des années 1922 à 1947. Il y a aussi la Place du marché de la scierie patrimoniale (830 rue Front, fermée le dimanche) qui expose un moulin à scie et autres objets reliés aux grandes scieries qui ont marqué le développement économique de la région.

Le parc provincial Fushimi Lake est à 40 minutes de route à l’ouest de Hearst. Là aussi, la majorité du personnel est parfaitement bilingue et on loue bateaux à moteur, vélos, canots, kayaks, pédalos et bateaux à rames.

Il vous faudra 10 heures pour revenir d’une traite sur Toronto... Emportez-vous de la bonne musique. Road trip!

Autres lectures suggérées