La basse-terre de la baie d'Hudson en images

On peut observer la marée, sur les côtes de la baie d'Hudson.



La basse-terre de la baie d’Hudson longe les côtes de la baie James et de la baie d’Hudson, de l’ouest du Québec au nord du Manitoba. Elle traverse donc toute la portion nord de l’Ontario. 

Lorsqu’on emprunte du train Express de l’ours polaire, qui assure la liaison entre Cochrane et Moosonee, on voit bien la transformation : les arbres rapetissent, rapetissent, rapetissent, pendant l’excursion. Sur le bord des grandes rivières, ils redeviennent plus grands!

La basse-terre de la baie d’Hudson longe les côtes de la baie James et de la baie d’Hudson, de l’ouest du Québec au nord du Manitoba. Source : Wikimedia Commons, Cephas. 
 

Caractéristiques

La basse-terre de la baie d’Hudson est couverte d’une forêt et de marécages. Le sol est assez argileux ou sablonneux. 

On voit un peu la trace de la marée. Photo : Destination Ontario (Lissia), 1998

Avant, elle était submergée par les eaux de la baie d’Hudson. On peut y observer des marées!

Le sol est assez aride à cause du climat froid. Il y a des conifères. Des ours polaires et des carcajous comptent parmi la faune. 

Un cours d’eau et une zone marécageuse du parc Wabakimi. Photo : Destination Ontario
 

Quel paysage! Photo : Destination Ontario (Lissia), 1998

Principales villes

La région de la basse-terre de la baie d’Hudson est très peu peuplée. En fait, en Ontario, elle n’est pas relayée au Bouclier canadien par la route. Sauf l’hiver, une route de glace est formée pour faciliter les déplacements entre les villes et villages de la côte et les plus grands centres, au sud.

D’autres villages se trouvent à l’intérieur des terres, surtout dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

Le village de Moosonee, sur les rives de la baie James. Photo : Destination Ontario

Ici, la population est majoritairement autochtone. Elle habite quelques villages et Premières Nations :

  • Moosoneee et Moose Factory
  • Attawapiskat et Fort Albany
  • Peawanuck et Winisk
  • Neskantaga
  • Pikangikum
  • Pickle Lake.

Activités récréatives

Il existe beaucoup de pourvoiries dans le Nord de l’Ontario. On y fait beaucoup de chasse et de pêche. Certaines âmes aventurières chargent aussi leurs canots à bord de trains et partent en expédition en pleine nature.  

Les campements de plusieurs pourvoiries sont accessibles en hydravion. Photo :  Destination Ontario

Il existe quelques barrages. Mais surtout, beaucoup d’occasions de canot et de kayak! Photo : Destination Ontario (Goh Iromoto), 2014

Un aventurier longe la voie ferrée à destination d’une grande rivière. Photo : Destination Ontario (Goh Iromoto), 2014

Plusieurs personnes parlent aussi des aurores boréales et du ciel étoilé qu’on peut y observer. Il y a peu de pollution lumineuse!

Le ciel étoilé du parc Wabakimi. Photo : Destination Ontario

Secteurs économiques

On exploite les ressources naturelles, dans la basse-terre de la baie d’Hudson. Il existe quelques mines — il y a eu une mine de diamants — et de l’exploitation forestière dans la partie sud de la région. Il y a quelques barrages hydroélectriques, comme les grands barrages du côté du Québec.

Près de Moosonee, la bouche de la rivière Moose est très large. Elle se jette dans la baie James. Photo : Destination Ontario, 2001

Il y a quelques pourvoiries et des établissements touristiques pour les aventuriers. Le secteur des services est présent dans la région. Souvent, des travailleurs en provenance d’ailleurs en province s’y rendent en avion.

Autres lectures suggérées