La chasse, une tradition familiale

Martin et Éric n'en sont pas à leurs premières expériences de chasse.

De Mattawa à Born To Hunt, le parcours d'un chasseur



Un de mes premiers souvenirs d’enfance, c’est de voir mon père partir pour la chasse à l’automne. C’est une tradition annuelle entre amis dans le nord de l’Ontario. Je me disais qu’un jour, lorsque je serais grand, que c’allait être mon tour! Il appelait à la maison le mardi soir pour nous donner des nouvelles. Des fois, ils avaient été chanceux, d’autres fois, rien! Mais la chasse, c’est beaucoup plus que la récolte d’un gibier. 

Depuis une dizaine d’années, c’est à notre tour de partir pour la chasse dans le nord de l’Ontario, plus précisément à Mattawa. Une chasse à l’orignal entre pères, fils et amis. Une semaine remplie d’aventure après plusieurs mois de préparation. La conversation pendant le souper du dimanche est toujours la même : « Cette année, c’est à mon tour! Vous allez voir! » Suivi d’une réplique rapide : « Oh non, tu vas voir, c’est moi qui vais en récolter un beau! »La chasse, c’est aussi de l’anticipation!

Il est très rare que nous ayons besoin d’un réveil le premier matin. Après un café et un petit déjeuner rapide, nous voilà partis dans nos « spots », enthousiastes à l’idée d’entendre le roi de la forêt répondre à nos appels. Cette année, ç’a été un lundi matin tranquille… Aucune réponse, aucun craquement, aucun mouvement : le silence total. Il faut en profiter, car la chasse, c’est aussi le plaisir d’être seul en nature!

Il est tout près de midi et nous sommes presque tous de retour au camp pour une bonne soupe maison sauf Pierre et Ti-Jean. Entre deux histoires de chasse, nous pouvons entendre un VTT dans le chemin. Eh oui! Pierre et Ti-Jean sont de retour avec un sourire qui veut tout dire! Après plus de 20 ans d’attente, Pierre a finalement réussi à récolter son premier orignal. C’est un moment très spécial, car il chasse avec ses deux fils, Martin et Eric. Nous sommes captivés par ses paroles : « Les gars, je vous dis, un tir de 4 verges, vraiment là! »

Comme la tradition le veut, nous partons tous à la recherche du « buck » à Pierre. Ce n’est pas très difficile; il est tout près du sentier. C’est le temps d’une poignée de main, de félicitations et des photos avec le fier tireur… Un moment inoubliable pour Pierre, Martin et Eric. La chasse, c’est aussi des émotions fortes!

Et de un!

Après quelques heures de travail, nous décidons, les « jeunes », de continuer de chasser pendant que les « vieux » restent au camp pour partager leurs histoires de chasse. Nous les avons déjà toutes entendues de toute façon!

Vers 18 h 15 j’entends : « Est-ce qu’il y a quelqu’un avec des oreilles? » à la radio… Une autre fois! C’est mon ami Étienne. Il est essoufflé. Il me dit : « Je viens de tirer sur un buck ». Je me dirige dans sa direction, car il commence à faire sombre. Une fois arrivé, Étienne ne fait que répéter : « Je peux pas le croire… Ça fait 10 ans que j’attends ça ». En attendant l’arrivée de nos collègues, Étienne appelle à la maison afin de partager la nouvelle avec sa femme et son garçon. Je peux entendre sa voix trembler. Son petit garçon lui dit : « C’est beau papa, un beau buck ». Larmes à l’œil, Étienne lui répond : « Merci mon homme »… Un moment très touchant. Je suis convaincu que son garçon dira bientôt : « Quand je vais être grand, ça va être à mon tour ».

Et de deux!

La chasse, c’est un mode de vie…

Autres lectures suggérées