Les traces de Champlain... sur l'eau

Les Mille-Îles



Rien de mieux pour découvrir les voies navigables de l'Ontario que de suivre les traces de Champlain. Surout si on n'a pas à faire de portages! C’est pourquoi nous vous suggérons une Route Champlain nautique. Il y a 400 ans, Samuel de Champlain découvrait les eaux de l’Ontario d’aujourd’hui. Dans son canot, il suivait ses alliés sur la rivière des Outaouais, la rivière des Français, la baie Georgienne, la voie navigable Trent-Severn et le lac Ontario pour découvrir un continent qui ne cessait de l’épater.

Prévoyez quatre semaines pour faire un aller-retour.

cover image

Étape 1 : les Mille-Îles et le Saint-Laurent

greatlakes-seaway.com

Porte d’entrée du continent, la voie maritime du Saint-Laurent s’étend sur plus de 200 km en Ontario. Les âmes urbaines voudront jeter l’ancre à Kingston, tandis que les amateurs de plein air seront subjugués par la réserve de la biosphère de l’arche de Frontenac, où baignent les Mille-Îles et le parc national des Mille-Îles. D’autres, attirés par les bons vins, poursuivront leur aventure sur le lac Ontario, jusqu’à la péninsule du Niagara ou même l’île Pelée.

Accès : Les Mille-Îles sont un véritable labyrinthe, mais la signalisation y est bonne, achalandage oblige. Empruntez la tranquille voie médiane canadienne pour vous frayer un passage parmi les Mille-Îles ou longez les rives en prenant le passage réservé aux petites embarcations. Très nombreuses sont les marinas qui vous accueillent, plaisanciers!

Longueur : 300 km de Montréal au lac Ontario

Durée de navigation suggérée : Entre Montréal et Toronto, on doit prévoir 29 heures de navigation et 5 heures d’éclusage, selon la Voie maritime. Pour suivre les traces de Champlain, on bifurque à Kingston, après les écluses.

Écluses : de Montréal, 7 écluses (4 au Québec, 1 en Ontario et 2 aux États-Unis)

Étape 2 : la voie navigable Trent-Severn

www.pc.gc.ca

La voie navigable Trent-Severn égrène un chapelet de beautés spectaculaires. Variés, les décors correspondent à cinq zones géographiques tout aussi captivantes les unes que les autres. L’extraordinaire chaîne des lacs Kawartha est un lieu de prédilection des inconditionnels de plaisirs estivaux. Certaines écluses sont plus que centenaires et comptent parmi les plus grandes au monde.

Accès : Les plaisanciers peuvent mettre leur embarcation à l’eau où bon leur semble, sur un lac ou dans un canal. Ce ne sont pas les marinas bien équipées qui manquent, et de nombreux centres de villégiature, restaurants et boutiques pourvoient aux besoins de tout un chacun.

Longueur : 386 km de Trenton à Port Severn

Durée de navigation suggérée : On peut faire un marathon de 5 à 7 jours pour l’aller seulement, mais on suggère fortement d’y aller à pas de tortue et de prévoir le double.

Écluses : 42 postes d’éclusage

Étape 3 : la baie Georgienne et le chenal North

bonjourbaiegeorgienne.com

Baie Georgienne SPOMT Butterill 1998

La baie Georgienne.  Photo : SPOMT/Butterill, 1998

Avec ses eaux claires et peu profondes, d’un bleu à faire rêver tout marin, la baie Georgienne est un pur trésor, reflet de l’immensité d’une nature azurée qui caractérise si bien le pays. Dans tous les azimuts, les plaisanciers trouveront une multitude de paysages inspirants. Sa côte est, avec ses 30 000 îles, est déchiquetée; au nord, les sommets blancs de Killarney et le chenal North inspirent un sentiment d’éternité; à l’ouest, les falaises de la péninsule Bruce triomphent des eaux turquoise; au sud, la plus longue plage en eau douce du monde s’étend à Wasaga.

Accès : La baie Georgienne et le chenal North, c’est le meilleur des mondes. Les eaux attirent des plaisanciers de partout et les marinas abondent. Faites une halte dans un des nombreux parcs qui bordent la baie aux 30 000 îles. Sortez vos cannes à pêche, visitez de charmants villages portuaires ou les sites historiques, et, lézards, laissez-vous tenter par les plages!

Autre piste : la rivière des Outaouais

À cause des portages entre la rivière des Outaouais et la baie Georgienne, il est difficile de suivre les traces de Champlain. Le portage La Vase est légendaire, foi de canoteur!

N’empêche que la rivière des Outaouais, longue de 500 km, offre un paysage phénoménal. Cette majestueuse rivière remplie d’agréables surprises est bordée d’une forêt dense où l’on aperçoit, entre les énormes pins blancs, chevreuils, castors, loups, lynx et orignaux. À l’instar de Champlain et des coureurs des bois qui l’empruntaient, il y a 400 ans.

Accès : Partir à l’aventure sur la rivière des Outaouais, c’est facile. Elle est bien balisée, de nombreuses marinas offrent une multitude de services et un ingénieux système de remorques hydrauliques – mené par une équipe des plus courtoises, permet de contourner les barrages et les rapides. On accède à la rivière dans n’importe quelle municipalité riveraine à partir du lac des Deux Montagnes, à l’ouest de Montréal, jusqu’au magnifique lac Témiscamingue.

Autres lectures suggérées